Publié le 1 décembre 2020
Yseult
Crédit photo : © Colors x Studios

Yseult

Brut, entre douceur et chaleur

Portrait

Un des retours les plus attendus de la scène pop française, c’est bien celui d’Yseult. La chanteuse de 26 ans a sorti « Brut », son dernier EP, le 20 novembre dernier ; 6 titres magiques, une voix en or et un mental d’acier.

Juste avant la sortie de l’EP, l’artiste revélée par Nouvelle Star en 2013, donne le coup d’envoi du format « New Opera » de la chaîne YouTube Colors. Ici, la chanteuse interprète 2 de ses titres phares, Bad Boy et Indélébile, ainsi que Corps – extrait de Noir, son dernier opus, dans des mises en scènes rappelant les ambiances cabaret. Une pure beauté et un régal pour les oreilles.

Dans cet EP, Yseult dévoile des textes puissants, authentiques et des clips d’une esthétique folle, à la fois forte et travaillée. 

« Je suis tombée amoureuse d’un bad boy, me posez pas de questions / Que ça vous plaise ou non, on s’aime », chante Yseult dans ce nouveau single. Avec Bad Boy, elle se dépasse totalement, dans une œuvre où elle « peint avec sa voix et son corps un tableau sur l’abandon de soi ». Ce titre magnifique nous parle de ces relations toxiques où l’amour et la haine se confondent, quand malgré la passion, la noirceur prend le dessus et vient ruiner l’amour… Un duo piano-voix extraordinaire, magnifiquement porté par la puissance vocale d’Yseult. 

Empreinte de douceur et de fêlures, sa voix appuie à la perfection des mots lourds de sens qui résonnent en nous. La pochette de l’EP, simple carré blanc, illustre la pureté du sentiment amoureux. En résonnance avec le titre de ce projet, cette image, ou cette absence d’image, nous recentre sur l’essentiel : les sentiments bruts et purs, dénués d’artifice.

La voix d’Yseult est teintée de fragilité et de sensibilité. Une sensibilité « qu’elle embrasse et célèbre à l’extrême suspendue nue, dans la tradition de l’art shibari, dont elle réinvente les images connues », dans un clip réalisé par Thibault-Théodore. Aux côtés de la chanteuse, on retrouve Ichon « en bad boy consentant », avec qui « Yseult nous laisse une envie brûlante de jouer avec nos limites, d’aimer, et de s’aimer ».

Un EP sincère et nécessaire, qui questionne la société d’aujourd’hui. On n’espère que son travail singulier séduira les foules !

Riders for Refugees
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.