Publié le 15 septembre 2019

Valentin Durand

La photographie propice à l'apaisement

Portfolio

C’est avec une certaine sensibilité et une vision tout à fait personnelle que Valentin Durand met en scène la nature qui l’entoure dont il est si admiratif. Les paysages alpins, la faune et la flore nous apparaissent sous un nouveau jour grâce à son travail inspiré.

Valentin n’est pas originaire de Haute-Savoie mais il en a capté toute l’essence depuis qu’il y a posé ses valises en 2015. C’est dans le sud est de la France que l’artiste fait ses armes en tant que graphiste pour finir par tomber amoureux de la photographie. D’abord seulement pour lui, ses photos se dévoilent, touchant et convainquant peu à peu ceux qui les contemplent, le poussant à professionnaliser son talent. Depuis, il est sans cesse à la recherche de nouvelles techniques, que ce soit pendant le cliché (pose longue en plein jour à l’aide de filtres, photo infrarouge, photo 360°...) ou lors de la post-production. Il concède alors que ses compétences en tant que graphiste lui sont d’une grande aide pour ce travail.

Hormis de magnifiques séries de voitures originales saisies un peu partout en Europe et aux Etats-Unis, c’est la nature que Valentin aime shooter. Les lumières sont tantôt chaudes, tantôt plus froides, teintant chaque photo d’une tonalité singulière, propice à l’apaisement car c’est ce que le photographe recherche avant tout. Au delà de l’image, c’est une sensation épidermique que l’artiste souhaite provoquer chez le spectateur. Les montagnes et les prairies sont ses muses, et le ciel son inspiration. Adepte d’astrophotographie, Valentin est fasciné par la voûte céleste et l’immensité des cieux qu’il capte de manière poétique et personnelle. Ses clichés nocturnes mêlent les étoiles à l’horizon et aux lumières des panoramas urbains ou naturels, invitant au voyage et à la rêverie.

Valentin saisit l’instant, mais ce n’est pas pour autant que la spontanéité l’emporte sur ses créations. Il aime prévoir chaque photo, passer du temps sur le terrain et même y retourner pour en observer tous les détails et les perspectives. C’est un travail minutieux et précis que le photographe cultive, traduisant sans nul doute sa passion dévouée pour son art.

Texte : Olivia Bergamaschi

De kilomètres et d’eau fraîche
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.