Publié le 14 août 2020

URGENCE DISK

Magasin de disques, label & organisateur de concert, fête ses 30 ans

Reportage

En 1990, un petit lieu sans prétention ouvre ses portes. En cohabitation avec le Théâtre de l’Usine à Genève, PTR & le KAB, Urgence Disk est devenu au fil des années, un haut lieu de la scène alternative helvétique et internationale et un label qui compte aujourd’hui plus de 250 sorties d’album.

L’esprit du lieu est propre à chaque ambiance d’un concert. Les styles sont très variés, tout autant que les âges. Le lieu est aussi éclectique dans ses formats et sa programmation : la vente de disque, les concerts, les diffusions (films d’auteurs et documentaires), expositions, mais aussi la littérature font aussi partie d’Urgence Disk. Le lieu revendique la culture avant tout.

Urgence Disk, c’est l’histoire de 8 personnes : celles qui, dès les premiers jours de L’Usine, tiraient des bières au KAB jusqu’à pas d’heure ; 8 personnes avec l’envie folle de partager leur amour de la musique. Un lieu qui, depuis son ouverture il y a 30 ans est devenu la plus petite salle de concert du pays avec 200 programmations annuelles. Ce lieu de rencontres, d’expositions, de diffusions, de vernissages, de diners, de fêtes est un lieu où l’on passe du bon temps, où l’on pratique le « prix libre », où règne l’échange, la convivialité et qui reflète parfaitement l’esprit de l’alternative genevoise.

Urgence Disk, c’est aussi un label indépendant qui compte plus de 450 membres actifs dans le domaine de la musique, du graphisme et des pratiques artistiques sous toutes les formes, en partenariat avec la Demeure du Chaos et l’ensemble des clubs suisses, et qui accueille des artistes extraordinaires venus du monde entier.

 

Au programme : Vendredi 25 septembre à partir de 21h00 : • 21h30 - The Mudcats (kick ass rock) • 22h15 - The Killing Volts (power rock) • 23h00 - Marechal (metal punk) • 00h00 - Greta Gratos (electro) • 00h15 - BAK XIII (synth wave ebm metal pop) • 01h30 - dj set All Start d’Urgence Disk (all styles) • 01h30 - Vj Sad_Veda

DAMIEN SCHMOCKER

RÉSISTANT DE LA CULTURE 

Damien Schmocker est un résistant de la culture, hors circuits, hors catégories. Un pur de l’alternatif. C’est lui qui a lancé en 1999 le label Urgence Disk. Rencontre avec Damien Schmocker, alias le Baron, programmateur.

Ni tout à fait un bar, ni un simple magasin de disques, ni un espace de show-case. Urgence Disk Records compte aujourd’hui 200 sorties à son actif. Peux-tu nous raconter comment est né Urgence Disk ? 

Urgence Disk a ouvert ses portes le 1 mars 1990 par 8 membres bénévoles de l’association KAB. Au début c’était pour avoir les disques à un prix moindre et faire profiter l’ensemble de nos amis. Avec notre petit bar, c’est devenu rapidement un lieu de rencontre d’apéro de fin de journée et d’after à la fin de nos soirées. Des afters qui pouvaient se prolonger jusqu’à l’ouverture de la prochaine soirée. Le shop était aussi ouvert lors des soirées du Rez (à l’Usine). En fait, c’est une prolongation de l’espace des associations qui gèrent l’Usine. À ses débuts, Urgence Disk était utilisé pour des réunions, pour des conférences, des mini expos et des vernissages d’albums. Depuis ce petit lieu, sont nées Info Rock, un mini fanzine verbalement politiquement pas correct avec 57 numéros, entre 1991 à 1997. Avec l’équipe du shop et Info Rock, nous avons participé à l’organisation des 3 premières fêtes de la musique 1992 à 1994. La majorité des concerts du Rez avec le KAB étaient liées à Urgence et il y a eu aussi de nombreuses coproductions avec PTR, le Théâtre de l’Usine, le Spoutnik, le Débido plus tard devenu le Zoo. On a aussi organisé des concerts à la Rote Fabrik (Zurick), Case à Choc (Neuchâtel), les Caves du Manoir (Martigny), le Bikini Test, Reitschule (Bern), et aussi au Confort Moderne de Poitier. C’est en 1999 qu’Urgence Disk fonde son propre label avec au compteur plus de 250 sorties ces dernières années.

Ingénieur du son mais aussi DJ, musicien, cuisinier pour les artistes en tournée et figure historique de l’Usine ? Comment conjugues-tu toutes ses casquettes ?

Je suis un hyperactif, toujours en quête d’une nouvelle aventure. J’apprends non-stop, je me définis comme activiste culturel. La routine me fait peur. Dès qu’il y a un nouveau projet je saute sur l’occasion. J’adore travailler pour le théâtre et la dance, faire des remixes, traiter des sonorités de tous horizons. Je fais aussi beaucoup de photos, vidéos et de graphisme.

Avec Urgence Disk, tu organises des concerts dans un petit local, au sein de l’Usine. Au Rez, c’est bien ça ?

Tu ne pouvais pas mieux le dire, mais nous organisons plus de 50 évènements par an hors de notre local. Dans le shop, c’est plus de 200 évènements. 

L’Usine a fêté ses 30 ans d’existence à Genève. Urgence Disk va fêter ses 30 ans cette année. Comment évolue cette scène alternative au fil des années ?

L’année dernière, l’Usine a fêté ses 30 ans. Urgence Disk avait prévu de le faire le 13 mars 2020. Puis, nous avons repoussé la date au 25 septembre 2020, on croise les doigts avec 5 projets du label feat. Marechal, BAK XIII, K-XIX, Greta Gratos, The Killing Volts. Le 4 septembre, nous organisons aussi en co-production avec le festival la Bâtie une soirée avec Front 242 et 2 artistes du label Gertrud Stein & Sexomodular. 

je me définis comme activiste culturel

Cette année culturelle a été très bousculée. Peux-tu nous raconter comment tu as vécu cette période et comment tu prépares la programmation de tes prochains concerts ?

Je le vis très mal depuis le 11 mars car je n’ai plus aucun revenu. J’ai perdu tous mes mandats : fête de la musique, fête de la danse, mes tournées, mes plan DJ, mes régies théâtre. On avait repris les concerts le 24 juin avec masque obligatoire pour tout le monde et sans pouvoir boire un verre dans le shop mais à l’extérieur. Depuis le 31 juillet, interdiction formelle d’organiser des activités musicales avec ventes de boissons. En tout, ce sont 18 concerts annulés dont près de la moitié a pu être déplacée entre octobre et décembre. 

Comment survit l’Esprit Rock’n roll en temps de Covid ?

Je ne me fais pas de soucis pour la survie des musiques alternatives car elles ont l’habitude de n’avoir rien pour fonctionner. Peut-être que cela remettra les pendules à l’heure ! Sinon, une chose est certaine, c’est que les concerts post-covid seront d’enfer ! 

à L’Usine de Genève

La Bodega
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.