Publié le 15 juin 2020
Tom Pagès
Crédit photo : Antoine Truchet

Tom Pagès

Le Patron du FMX

Motocross, Portrait

Quinze ans que ce prodige du deux roues motorisé fait parler de lui sur la scène motocross freestyle. À 35 ans, Tom Pagès règne sur le FMX en revendiquant un style affirmé et surtout inventif, où chaque nouvelle figure suscite l’enthousiasme du public et de ses pairs. Portrait du freestyleur le plus créatif de sa génération.

Un style à part

Crédit photo : Jean-François Muguet

Toujours plus loin, toujours plus haut, pourrait être la devise de Tom Pagès qui n’a jamais reculé devant la complexité d’une figure, elle-même née dans un esprit en ébullition.

Dans une interview, il déclarait : « Mon but à moi, c’est que les autres riders ne me rattrapent pas. Ce qu’ils font est parfait mais moi je suis passé à autre chose, je ne fais presque pas le même sport ». C’est dit. Tom ne fait pas comme tout le monde. C’est d’ailleurs sans doute grâce à cette audace qu’il s’est forgé un nom dans le milieu du FMX.

Ces tricks préférés sont ceux où le feeling est le meilleur dans les airs et où l’engagement est le plus souple, comme par exemple les 360°. Ce ne sont pas forcément les plus risqués, et pour cause, la sensation de plaisir prend alors le pas sur la sensation de peur. Car finalement, qui dit engagement dit aussi risque. Pour l’athlète, chaque jour est un challenge : jouer entre le risque et le plaisir, c’est cela sa motivation !

 

Attention, ceci ne veut sûrement pas dire que le spectaculaire ne fait pas partie de la panoplie du pilote. Pour preuve, le frenchie rentre souvent en compétition des figures totalement improbables et inédites, comme par exemple, une double rotation avant sans les mains. Ce qui veut dire qu’il tourne deux fois dans les airs en tenant sa moto… par les pieds ! Balaise quand même.

Le public, avide de nouveauté quand il vient aux shows, n’est jamais déçu par la prestation de Pagès. En 2007, il est le premier à signer une figure unique, le flip double grab, que seule une poignée de riders est capable de faire encore de nos jours. En 2014, il sort le bike flip (saut périlleux arrière où il rattrape la moto), classé comme la figure qui a changé la face du FMX.

 

Le FMX, l'objectif d'une vie

C’est grâce et avec son frère ainé, Charles, qu’il découvre le motocross. Les deux frangins s’exercent et se font plaisir dans le jardin de la maison familiale. Très vite, ils se créent leurs propres structures d’entraînement avec du matériel de récupération et c’est la success-story qui débute. Côté caractère, Charles est un fou furieux sur la moto quand Tom est réfléchi. Bien que passant la plupart de leur temps libre ensemble, les relations entre eux sont conflictuelles. Puis, en désaccord avec son frère et englué dans une routine, il sombre dans la dépression : « Je n’avais plus envie de me lever. Peut-être que j’avais besoin de tomber plus bas que terre, c’était peut-être trop facile ».

Mon but à moi c'est que les autres riders ne me rattrapent pas.

Crédit photo : Redbull content pool

Il parvient toutefois à s’en sortir et à remonter la pente. En 2012, il se remet au travail. Seul. Son frère ne ride plus depuis un grave accident en compétition en 2010. Tom investit alors tout son temps et son argent dans sa passion. D’un bac contenant 30 000 carrés de mousse pour les réceptions après les sauts aux engins de chantiers pour aménager son terrain d’entraînement, il ne recule devant rien pour progresser.

C’est cette détermination qui fera de lui un excellent pilote, avant-gardiste et hors-normes. Une détermination qui le privera également d’une vie privée. Il s’entraîne 7 jours sur 7 de 7 h à 22 h, et parfois dès 5 h du matin. Il loge dans un mobil-home et passe un temps infini dans son garage à motos. Pas de fêtes de fin d’année, ni d’anniversaires, ni de vacances, ni de copines et presque pas d’amis. Tom Pagès est un solitaire qui donnera tout à sa passion quitte à délaisser le reste.

Un palmarès de champion

Meilleur rider FMX International et Européen en 2012, victoires aux Red Bull X-Fighters de Pretoria 2015 et Madrid 2015 et 2016, succès aux X Games de Sydney et Minneapolis en MotoX Freestyle en 2018, médaille de bronze dans la catégorie “Best Trick” et l’or du “Best Whip” aux X Games de Shanghai… La liste des victoires de Tom est longue. À 35 ans, il proclame haut et fort qu’il n’a pas assez de médailles. Pourtant, son palmarès pourrait en faire pâlir plus d’un.

Aujourd’hui, après une nouvelle blessure en février, le contexte de crise sanitaire et ses répercussions sur l’événementiel sportif et donc les compétitions, Tom se questionne. Ayant déjà été blessé l’année dernière, le pilote n’a pas pu atteindre les objectifs qu’il s’était fixé. Rebelote en 2020.

À 35 ans, il proclame haut et fort qu'il n'a pas assez de médailles.

Mais alors comment envisage-t-il son avenir ?  Le dilemme est très présent dans l’esprit de Tom et on pourrait ne pas le voir où on l’attend à la reprise des compétitions…

Malgré sa passion dévorante pour son sport, Tom Pagès cherche d’autres alternatives, pour retrouver l’adrénaline qu’il a peut-être maintenant du mal à éprouver en FMX. Il pense peut-être à s’engager dans des compétitions phares et cotôyer ainsi d’autres disciplines motorisées, sur quatre roues notamment. Une reconversion qui devrait bousculer les compets’ et leurs concurrents, face aux regard des bouleversements qu’il a initié jusqu’à présent dans le monde du FMX. À suivre donc !

 

Olivia Bergamaschi

Lorenz Holder
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.