Publié le 15 décembre 2018

The Dawn Wall

L'ascension vertigineuse de 2 prodiges de l'escalade

Cinéma

Sur la paroi mythique d’El Capitan, dans la vallée du Yosemite en Californie, Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson ont, durant six années, affronté et étudié minutieusement cet impressionnant mur de 900 mètres de haut. Captivant le monde entier par leur insaisissable détermination à accomplir un rêve encore jamais réalisé auparavant, arriveront-ils à atteindre le sommet de cette imposante création de la nature, la face du Dawn Wall ? Peter Mortimer et Josh Lowell retracent cette incroyable épopée dans un documentaire au plus proche de cet exploit.

Une aventure hors normes
C’est au terme de nombreuses heures passées à explorer, prévoir, tester, et comprendre cette immense paroi rocheuse que Tommy et Kevin s’élancent en Janvier 2015 pour ce qui sera l’aventure la plus audacieuse de leurs vies. Sept ans de laborieuses tentatives pour passer en revue les 32 séquences individuelles qui composent la montée du Dawn Wall. Soit un parcours de 762 mètres à parcourir en une seule fois. La difficulté réside également dans le fait que personne encore n’a gravi ce versant en escalade libre. Il faut donc trouver une voie et imaginer un tracé qui permette d’accéder au sommet de ce monstre de granit. Pour l’équipe qui a réalisé le film, il s’agissait également d’une prouesse autant humaine que matérielle. Ce sont sept années de patience et de persévérance à les filmer et trois autres à produire le film. Au total, cela représente entre 60 et 70 jours complets sur le mur avec eux, au contact direct de l’action. Selon le co-réalisateur Josh Lowell « Il y avait beaucoup de complexité, c’était un énorme défi logistique ». Un projet rêvé et préparé méticuleusement par Tommy, comme si cet objectif d’escalade était le point culminant de tout ce qu’il avait traversé dans sa vie.
 

Ce sont sept années de patience et de persévérance à les filmer et trois autres à produire le film.

Le parcours initiatique de Tommy Caldwell
Élevé au milieu des montagnes et poussé par son père très tôt à l’escalade, le jeune Caldwell montre vite des prédispositions pour ce sport exigeant mais libre. En 1995, alors qu’il est totalement inconnu dans le monde de la grimpe, cet « outsider » remporte une compétition d’escalade, prenant la première place devant tous les experts qu’il affrontait et qui le propulsera sur le devant de la scène. Cet événement fera de lui le nouveau prodige de l’ascension à mains nues et marquera un tournant décisif dans sa carrière. Cinq ans plus tard, à l’apogée de son art, il est invité à participer à une expédition au Kirghizistan avec deux autres grimpeurs et sa copine. Cette expédition se transformera en véritable cauchemar. Pris en otage et gardés en captivité pendant six longues journées, Caldwell et ses équipiers ont vécu l’enfer, ne sachant pas s’ils seraient libérés et s’ils s’en sortiraient vivants. L’histoire se finira bien seulement Tommy reviendra à jamais différent de cette expérience traumatisante. Quelques temps plus tard, il perd son index gauche avec une scie circulaire… Les coups durs s’enchainent. Il devra ensuite affronter un divorce qui le laissera profondément marqué et déprimé. Pour s’en sortir et surmonter cette souffrance, Caldwell s’est fixé alors un seul et unique objectif : gravir le Dawn Wall. « Ça a commencé avec la grande question : quelles sont les limites du possible en escalade ? Ensuite j’ai vécu un divorce, et c’est devenu : comment dépasser cette douleur ? Puis je suis revenu à la question des limites du possible… », déclare-t-il dans une interview. Il trouve ensuite le parfait partenaire de grimpe en la personne de Kevin, un autre surdoué des parois abruptes qui le suivra dans cette folle aventure et ce jusqu’au sommet ?

Quelles sont les limites du possible en escalade ?

Le reste du monde temoin de cet exploit
Filmer deux électrons libres durant 19 jours consécutifs sur une surface à la verticale n’est pas chose aisée. Retranscrire leurs émotions, partager chaque bonheur, chaque déception ou doute l’est encore moins. C’est pourtant ce que réussit à faire cette ingénieuse réalisation en tournant au plus près des deux hommes et de leur périple. L’équipe de tournage était sur la plateforme avec eux, le film offre ainsi un regard profond sur ce qui se passait vraiment sur place.
Le rythme était assez particulier. En général sur une grande voie, on commence à grimper dès l’aube et on s’arrête lorsqu’il commence à faire noir. Sur le Dawn Wall c’était complètement différent parce que la cordée avait besoin de températures froides. En effet, lorsqu’il fait chaud, la peau des doigts est plus fragile et le caoutchouc des chaussons se ramollit puis se dégrade rapidement. Tommy et Kevin devaient donc attendre les températures plus fraîches de la soirée. Selon Caldwell, leur routine était « assez ridicule » ! Levés avec le soleil - il leur était impossible de dormir sans ombre - ils « trainaient » sur leurs portaledges (tentes supendues) à 300 mètres du sol, du matin au soir… Puis ils commençaient à grimper vers 17h, quand l’ombre couvrait la paroi, et ce jusqu’à 1h du matin, la plupart du temps à la frontale. Le grimpeur explique qu’ils ont eu beaucoup de temps en journée pour profiter de l’endroit et rigoler. Par contre le soir, il fallait reprendre son sérieux ; c’était intense pendant des heures.
Au fil de leur progression, le monde se tourna peu à peu vers ces aventuriers et leur défi fou. Caldwell et Jorgesson, régulièrement réapprovisionnés avec des batteries, de la nourriture et de l’eau, partageaient leur histoire avec les fans d’escalade, puis avec le reste du monde, alors que de plus en plus de médias s’intéressaient au projet unique et à ce qui était en train de se passer à El Capitan. Surpris par cet engouement, Tommy confessera plus tard que « le cirque médiatique est l’une des choses les plus étranges qui me soit arrivée. Je n’ai jamais été très à l’aise avec la célébrité et j’étais soudainement le centre d’attention ».
Les difficultés, les aléas de la vie, l’adversité ont poussé Tommy Caldwell à entreprendre un voyage aux limites des possibilités humaines. Accompagné de Kevin Jorgesson, c’est à force de persévérance et de patience qu’ils écriront l’histoire la plus audacieuse de leur vie sur le Dawn Wall. Le documentaire qui en résulte signe leur entrée au panthéon des prodiges de l’escalade libre, mais il révèle avant tout en images les profonds liens humains qui ont unit ces deux hommes au cœur de cette vertigineuse aventure.

 

 

 

Texte : Olivia Bergamaschi
Photos : Red Bull Content Prod

Production : Red Bull Media House production en association avec Sender Films. - Durée : 1h40
Disponible en téléchargement payant et en Blu-Ray/DVD.

vidéo The Dawn Wall

Pour visualiser cette video, vous devez au préalable autoriser l''utilisation de cookies relatifs aux statistiques sur notre site.

Paramétrer mes cookies
ADIDAS TERREX 
& FIVE TEN
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.