Publié le 1 septembre 2020
Teo Jaffre
Crédit photo : © Téo Jaffre

Teo Jaffre

L’Univers excentrique d’un esprit libre

Portfolio

Personnage énigmatique au double excentrique, Téo Jaffre explore les limites de sa créativité grâce à une expression artistique singulière. Photographie, vidéo et maintenant musique, autant de supports au moyen desquels cet être à part partage son univers décalé. Rencontre.

Crédit photo : Presque à poêle © Téo Jaffre

Le vrai Téo, c’est qui ?

Ça dépend des jours ! Certains, je me lève et j’ai envie d’excentricité, d’autres de normalité, c’est assez aléatoire. L’humeur du matin donnera le ton de la journée. Malgré tout, dans la vie de tous les jours, je reste quelqu’un de normal, je suis beaucoup moins extravagant que mon personnage Téo Lavabo. Du coup, je me dis toujours que cela doit surprendre les gens qui s’attendent à autre chose, qui s’attendent à la folie incarnée par mon personnage. J’ai déjà eu cette remarque au cours d’une première rencontre: «  On est rassurés parce qu’en voyant tes vidéos, on s’attendait à autre chose… (Dans le mauvais sens du terme !) ». Et à l’inverse, certains diront sans doute que je ne suis pas fun car ils s’attendent à voir « Téo Lavabo ». C’est donc assez surprenant quand on me rencontre j’imagine, dans les 2 sens. J’ai une double personnalité !

Crédit photo : L'âne © Téo Jaffre

Est-ce tu te fixes des limites ?

Oui. Je souhaite surtout respecter mon entourage, ma famille. Des fois, je fais des choses qui sont un peu « borderline » et je sais très bien que quand on s’expose, on est forcément critiqués. Quand ça prend de l’ampleur, ça impacte ceux qui font partie de ta vie. C’est là que ça peut déborder. Par exemple, lorsque je suis passé dans La France a un incroyable talent , j’ai prévenu mes parents et je leur ai expliqué ce que j’allais faire. On en a beaucoup discuté et dès l’instant où ils ont été ok, j’ai pu me lancer. J’ai envie que mes actions fassent sourire. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, je ne suis pas dans la provocation. Certes, il y a de petites allusions rigolotes mais j’essaie de rester toujours très léger. 

J’ai une double personnalité !

Crédit photo : Le Coq © Téo Jaffre

Comment et quand as-tu appris la photo et la vidéo ?

Tout petit déjà, je voulais être photographe et faire des clips. J’ai commencé avec l’appareil de ma mère, à 12 ans. C’est également au même âge que mon père m’a prêté sa caméra. Ma mère m’a beaucoup encouragé à l’époque en me disant que je cadrais bien. Avec ma sœur, on faisait des parodies de clips, des vidéos comiques où on se déguisait. 

Puis, c’est vraiment avec l’arrivée du numérique et de mon premier appareil de ce genre que j’ai eu une révélation ! Les sensations que j’ai eues ce jour là sont assez rares dans une vie. J’ai ressenti une liberté incroyable procurée par ce petit concentré de technologie, à l’époque ! Avec mon ordi et un logiciel, je me suis alors mis à la retouche.

Crédit photo : La vraie famille Simpson © Téo Jaffre

Vers la fin du collège, j’ai créé un blog sur lequel je mettais mes photos. Grâce aux réseaux sociaux, j’ai eu beaucoup de bons retours et d’encouragements sur ce travail. Puis, j’ai décroché mon premier contrat, la pochette CD du groupe Tonus Musette ! J’ai enchainé ensuite des études à Annecy, où, là encore, j’aimais faire des remakes de clips avec ma classe. C’est d’ailleurs là que j’ai rencontré mon associé avec qui j’ai créé l’agence Les Poulets Mayo. À force de travailler ensemble, on a réussi à trouver notre propre style et les premiers contrats sont arrivés. Les gens aimaient notre liberté créative, exempte de contraintes. 

Teo Jaffre

Pour visualiser cette video, vous devez au préalable autoriser l''utilisation de cookies relatifs aux statistiques sur notre site.

Paramétrer mes cookies
Crédit photo : SO&SO What © Téo Jaffre

Ce côté décalé, comment s’exprimait-il plus jeune ?

Enfant déjà, je passais mes journées à hurler ! Je chantais des Opéras ou du Véronique Sanson avec des effets de voix horribles… J’ai beaucoup irrité mes parents avec ça ! En dehors de ça, je pense que j’étais un enfant plutôt normal. C’est avec l’arrivée d’Internet, quand j’étais adolescent, que j’ai commencé à vraiment me révéler. D’une part notamment en ce qui concerne mon homosexualité, en y découvrant que je n’étais pas seul. Puis, avec mes excentricités dans la photo où, là aussi, j’ai compris que ce genre de créativité  pouvait se retrouver ailleurs. Je me suis alors dit : « Aller, je me lâche ! ». En photographie, j’ai alors vraiment poussé le côté artistique que j’avais en moi, j’ai commencé à me libérer. Petit à petit, en exprimant cette facette là, je me suis aussi découvert une passion pour la musique.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, je ne suis pas dans la provocation

Crédit photo : Zepanek Coiffeurs © Téo Jaffre

Justement, raconte-nous ce parcours musical.

C’est avant tout une histoire d’amitié. Mon ami Nico est rappeur, je tourne des clips vidéo pour lui. Il m’a proposé un jour un deal : des créations de pochette d’albums contre du son ! Mais à l’époque je ne chantais pas… Puis, une autre amie, Solal, m’a encouragé à faire un duo avec elle. Là encore, je ne chantais pas… Au final, c’est durant un voyage d’un mois en Israël, seul, que j’ai appris le Yukulélé et que je me suis mis à la musique. Cet instrument m’avait alors permis de gérer mes émotions, d’exprimer ce qui était en moi et surtout de découvrir une certaine facilité pour écrire des chansons. Viendra ensuite la composition « La Sirène du Lac », avec ma prof d’accordéon de l’époque d’ailleurs, puis « Comme Aladin » avec laquelle je me suis retrouvé sur la scène d’un Incroyable Talent. Le personnage de Téo Lavabo était né. 

Il y a un côté de moi qui a envie de conquérir le monde de la musique, tout en ne me sentant pas tout à fait légitime dans ce rôle. Je travaille énormément sur ce projet, avec tout mon cœur, sans oublier que finalement, Téo Lavabo est une grosse blague. Une blague qui pourtant se professionnalise de plus en plus et c’est ça qui en devient étonnant.

Crédit photo : Sur le trône © Téo Jaffre

Où puises-tu ton inspiration ?

Ce qui m’inspire avant tout, c’est l’audace des gens. Lorsque je vois le travail de personnes qui osent littéralement et que je n’ai pas été froissé par ce qu’elles ont fait, cela me pousse à oser à mon tour. J’aime mélanger des choses qui n’ont, dans le fond, rien à voir entre elles. Comme par exemple, marier le Yodel et la Pop. Mélanger des objets, des concepts qui sont simples chacun de leur côté, mais qui, ensemble, créent un genre nouveau, une composition originale.

Tes photos stimulent l’imaginaire de chacun. Que souhaites-tu transmettre à travers elles ?

Ce que j’aime faire dans mes photos, c’est remplir des espaces vides. Chaque objet que je rajoute, chaque pose que le personnage prend, invitent à se questionner. J’aime stimuler l’imaginaire. Chacun interprètera différemment la scène et c’est ça qui est intéressant. J’aime jouer avec l’imprévisible dans mes clichés, improviser, prendre ce que la vie m’offre pour créer des images sur l’instant et faire le moins de retouches possibles. Aujourd’hui, la photo que je pratique est une sorte de performance, autant du modèle que du photographe, en passant par l’équipe comme les coiffeurs ou les maquilleurs. 

Ce que j’aime faire dans mes photos, c’est remplir des espaces vides

Crédit photo : SO&SO What © Téo Jaffre

What’s next ?

Concernant la photo et la vidéo, j’ai trouvé un certain équilibre et une facilité de travail donc j’ai vraiment envie de garder ça. Pour la musique et Téo Lavabo, tant que je sentirai un engouement et des encouragements, je continuerai. Et pourquoi pas faire plus de scènes et partager encore plus. Longue vie à Téo Lavabo !

Édouard Baer
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.