Publié le 4 août 2014

Salvador Garcia

La diversité multipliée par trois

Interview

Bonlieu : la diversité multipliée par trois. A l’orée de la nouvelle saison au sein d’un équipement flambant neuf, Salvador Garcia nous fait part de son enthousiasme. Le directeur de Bonlieu Scène Nationale trépigne comme l’élève qui retrouve le chemin de l’école.

Quelles solutions a apporté le lifting de Bonlieu ?
La rénovation consistait à remettre au top technologique un équipement qui avait vieilli. Nous avions quelques lacunes en termes de salles, d’acoustique. Nous connaissions aussi des problèmes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Tous ces facteurs conjugués ont conduit le président de l’agglomération à engager une rénovation du site. De là, nous sommes allés au bout d’une logique, c’est-à-dire remettre au goût du jour un équipement qui, dans les 80, était l’un des plus performants de France.
Décrivez-nous son nouveau visage…
C’est un théâtre entièrement rénové, de la cave au plafond. Nous avons gardé la structure en béton, rhabillé la petite et la grande salle et avons construit une salle de création de 150 places sur le square des Martyrs. Cette nouvelle configuration permettra à Bonlieu de présenter trois spectacles à la fois.

Quelle est la recette d’une bonne programmation ?
Le premier critère est la qualité. Nous nous efforçons de chercher les meilleurs spectacles dans tous les genres artistiques : théâtre, danse, musique, cirque, etcetera... Le deuxième critère est la diversité. Bonlieu est un équipement central à Annecy qui doit rassembler tous les publics. On s’imagine que le public est un bloc et que tout le monde aime la même chose. Et bien non. Ainsi, la saison prochaine, nous accueillons des artistes connus, des grands concerts de jazz, de la musique classique et des travaux de jeunes artistes beaucoup plus actuels. Cet ensemble forme un mélange, un équilibre qui représente un défi chaque année.

Peut-on dresser le portrait-robot du spectateur de Bonlieu ?
C’est difficile parce qu’un portrait-robot correspond à une moyenne. Mais si vous voulez une moyenne, disons que c’est une spectatrice d’une cinquantaine d’années. Or, l’enjeu de Bonlieu est la diversité. Par conséquent, quand on regarde les salles, on trouve le public cible du spectacle mais aussi des jeunes gens, des personnes qui viennent à travers des associations ou des comités d’entreprise… Ce mixage est obtenu par un travail de relation avec le public. Du personnel à Bonlieu est chargé de sensibiliser différents publics à des spectacles qui, a priori, ne leur seraient pas destinés. Mais si on se contentait de faire venir les gens uniquement par leurs goûts, on ferait de l’audimat, ce qui n’est pas notre volonté.

Vous êtes toujours sûr de vos choix ?
Pour une partie de la programmation, nous allons voir beaucoup de spectacles, un an avant, en France et en Europe. Pour la partie projets, qui sont des spectacles pas encore produits, nous faisons confiance aux artistes que nous connaissons très bien. Quant à la  troisième partie, elle comprend des spectacles que nous créons à Bonlieu. Et puis, ça marche dans les deux sens. Des artistes comme Jacques Gamblin ou André Dussollier nous appellent pour exposer leur projet. On se voit, on en parle et je leur fais confiance.

Un coup de cœur pour cette nouvelle saison ?
Le coup de cœur, ce sont les premières. Il faut que le public vienne entre le 5 et le 8 novembre pour voir les trois créations jouées dans les trois salles. Avec Dominique Pitoiset dans la grande salle, Rachid Ouramdane dans la petite salle et Camille Boitel qui fait une création in situ pour Annecy. A consommer sans modération !
Parlez-nous d’un rêve fou…
Mon rêve serait de terminer la construction de Bonlieu avec ce que j’appelle un campus artistique. C’est-à-dire d’ouvrir la salle de création à des jeunes artistes qui sortent de l’école et de monter un projet européen autour d’eux, qu’ils soient metteurs en scène ou chorégraphes. J’aimerais monter ce projet en association avec Bruxelles, Barcelone, avec de grandes formations et faire d’Annecy une plateforme de recherche.

Lancer une nouvelle saison, c’est une sorte de rentrée scolaire ?   
Pour nous, c’est cent fois mieux ! Rentrer dans des nouveaux murs avec l’odeur de la peinture, avec le réaménagement des bureaux, les nouvelles machines, les nouveaux stylos dans la trousse... C’est la plus grande des rentrées scolaires que j’aurai à faire à Bonlieu !
Propos recueillis par Nathalie Truche

ZEP
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.