Publié le 17 janvier 2017

nicole ferroni

porte un regard oblique sur notre monde

MokaLike

Gouailleuse, culottée et impertinente, cette jeune humoriste à l’humour corrosif révélée par Laurent Ruquier exerce ses talents en radio, sur scène et dans ses vidéos vues par des millions d’internautes.

Elle n’en est pas à sa première dénonciation. ses vidéos postées sur Facebook, dans lesquelles elle parle du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA) ou de l’élection américaine, font régulièrement plusieurs dizaines de milliers de vues. Tous les mercredi matin sur France Inter ou sur sa page Facebook, l’humoriste trouve toujours le moyen d’exprimer son point de vue.

Certains mercredis sur France Inter, quand Nicole Ferroni conclut sa chronique de 8h55, Patrick Cohen est interloqué, comme s’il n’était pas sûr qu’elle soit allée au bout de son raisonnement. Car il faut la suivre, l’ex-prof de SVT aux airs furieux et aux raisonnements noueux (voire tirés par les cheveux), mais toujours tenus malgré le fourmillement d’idées qu’elle nous oblige… Quel que soit le sujet qui la préoccupe (l’écologie, l’enseignement), on l’écoute, épaté par le regard oblique qu’elle porte sur notre société et l’engagement que cette chroniqueuse — énergique et barrée – ne craint jamais de manifester.

Au printemps, Nicole Ferroni a fait un tabac sur la toile dans une vidéo dans laquelle elle dénonçe la directive européenne sur le secret des affaires. Résultat : 12 millions de personnes l’ont vue sur Facebook;  preuve qu’avec un peu de pédagogie et beaucoup de talent, l’humour autorise tous les sujets et donne accès à tous.

«J’ai décidé de m’y mettre quand j’ai entendu plusieurs eurodéputés expliquer que cette loi allait aider les PME. Un argument hypocrite et démago.»

Il y a tout juste quelques semaines, elle fait à nouveau un tabac avec une chronique beaucoup moins drôle, qu’on a écoutée en essayant, comme elle, de retenir nos larmes — en vain. Malgré toute la légèreté qu’elle essaie de distiller dans son propos, elle n’a pas réussi à évoquer le désastre d’Alep, et son impuissance de citoyenne, sans perdre ses mots. D’autres se seraient réfugiés dans le cynisme pour y arriver ; Nicole Ferroni elle, marche à la sincérité.
 

nicole ferroni

Pour visualiser cette video, vous devez au préalable autoriser l''utilisation de cookies relatifs aux statistiques sur notre site.

Paramétrer mes cookies
les soul pleureurs
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.