Publié le 19 janvier 2021
LISON DANIEL
Crédit photo : © NIESZAWER / Leextra via Leemage

LISON DANIEL

NOUVEAU PHÉNOMÈNE DE L’HUMOUR

Portrait

La jeune comédienne et scénariste Lison Daniel, 27 ans, s’est faite connaître pendant le (premier !) confinement sur son compte Instagram « Les Caractères ». Elle y déteint des personnages hauts en couleurs, grâce aux filtres de l’application.

Lison Daniel nous fait hurler de rire : « La Côte d’Emeraude en mars, ça me fout un cafard dingue. La mer est moche, la glycine n’est même pas en fleur. Chier quoi. C’est un enfer de tous les diables ! » Son compte Les Caractères, est passé de 20 000 à 110 000 en 2 mois, la comédienne manie des dizaines de personnages plus ou moins récurrents, croqués avec un humour incisif et une précision incroyable inspirée de son entourage. Elle confie : « J’aime beaucoup les gens, ça me fascine, les voir parler, se présenter au monde, être lâches, raconter des conneries. C’est une matière première extraordinaire. » 

Si Isabelle la bourgeoise ou Mélanie la cagole sont plutôt classiques, d’autres, comme Yvan le psy ou Gaétan le prof de théâtre, sont plus sophistiqués. Certains, comme Rebecca la marketeuse, Marina la prof de yoga sont très modernes. Derrière Les Caractères, y avait-il l’envie de dresser des portraits satiriques des gens de notre époque. « C’est davantage une critique de l’humain, sa lâcheté, ses contradictions. Ça, ça m’amuse. »

Arrivée à 18 ans à Paris pour suivre des cours de théâtre, elle travaille comme serveuse chez Angèle Ferreux-Maeght, célèbre traiteur végan. « Lors de défilés de marques de luxe, je croisais un nombre de nanas allergiques au lactose qui me demandaient :  c’est sans gluten ? Ça fait grossir ? Est-ce que ça a été cuit à moins de 42 °C ? J’étais en boulimie d’observation de ces milieux ultra-privilégiés. »

Crédit photo : © DR

Dans ses portraits, dépeints en une minute chrono, Lison raconte les déboires de ses personnages avec l’esprit du temps : confinement, burn-out, solitude, séries du moment…

« Les Caractères » s’écrivent à distance des clichés :

« Pour moi, le stéréotype est important pour créer le rire. On en a besoin pour reconnaître une catégorie sociale, et en même temps, il faut toujours nuancer, sinon ce n’est pas drôle. L’actrice adore se grimer : Le filtre, vous fait croire que je suis un psychanalyste hongrois de 70 ans. Et quand on est comédien, c’est formidable de pouvoir se passer de costumes, de maquillage… Souvent utilisé pour embellir les gens, le filtre me permet de mettre une distance vis-à-vis de mon image. Et m’enlaidir, c’est une façon de détourner l’outil. »

 

Admiratrice des descriptions de personnages dans les romans du XIXème siècle, inspirée par la littérature plus que par les stand-uppers actuels, c’est dans ses livres ou sur scène que Lison imagine les histoires de ses caractères. Et pour elle, malgré son succès sur les réseaux sociaux, « rien ne remplacera jamais la scène d’un théâtre ». 

Lison Daniel a un vrai talent, un sens du dialogue, une maturité et un sens de l’observation sociale poussé. Une artiste à découvrir sur les réseaux et au théâtre !

ALP’IN TEA
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.