Publié le 21 septembre 2020

Les chroniques de Marie Py

Episode 4

Actualité

Aaah les jeunes... ces nouveaux jeunes...

Nom d’une pipe en bois. L’autre jour je me balade, je chill tranquille, quand tout à coup, sans crier gare, derrière moi une voix juvénile m’interpelle. Une jeune fille visiblement.

« Hé meuf t’as pas une clope ? »

Je me retourne en souriant, la main dans mon sac, prête à dégainer mon paquet. Et là, la gamine me sort un mémorable :

« Oh, pardon madame. Vous auriez une cigarette s’il-vous-plaît ? »

(…)

Ptite canailloute. Madame ? Non, non, non, c’est dégueulasse. Bon, à sa décharge, mes sapes me rajeunissent un peu. Enfin surtout de dos, visiblement. Mais là, c’était trop hard. Fallait que je lui dise un truc un peu cinglant, tellement ma journée, jusqu’ici bien partie, venait de prendre une tournure assez moche :

« Dis donc, toi. Qu’on me tutoie de dos et qu’on me vouvoie de face, c’est plutôt ignoble, bel enfant. Donc non seulement t’auras pas ta clope, mais je te conseille, à l’avenir, de choper quelqu’un de visu pour tes envies impromptues de défonce. Ca évitera les malentendus. Mais bonne journée quand même. »

Enfin, là, clairement, j’améliore un peu le schmilblick… Ma répartie, bien que coriace, n’a pas été aussi parfaite, qu’on ne se leurre pas, hein. Bref, elle s’est excusée puis est repartie vers sa tribu Beaux-Cheveux.

Ptite canailloute. Madame ? Non, non, non, c’est dégueulasse.

…vous ne voyez pas ? Mais si. Vous avez remarqué, c’est sûr ! Cette nouvelle génération que j’affuble de ce petit sobriquet tant leur chevelure est brillante, que dis-je, étincelante, avec la mèche nickel, même sil y a un vent à décorner les bœufs. Y’a pas d’justice. Ces gosses qui sortent du lycée et ressemblent à une pub Fructis, là, sans déconner.

Du coup, forcément, je repense à mes années lycée à chaque fois que je vois un petit groupe comme ça passer devant moi. Et je vous assure que ça n’avait rien à voir. Diantre. Rien de rien. Bon, déjà, pour situer, je suis née en 1984. J’avais donc 16 ans en 2000. Et je vous garantie qu’on faisait plutôt partie du clan des cheveux sales. Et pas par choix, hein, je vous vois venir. Non, non, juste l’excès de sébum. Ah ! Le sébum chez les ados c’est quand même extra. On était mal dans notre peau, déjà, les parents étaient tous des connards, et on devait en plus gérer des nez et oreilles démesurés, entre l’enfant et l’adulte, et on avait droit aux boutons ragoutants pis aux cheveux gras, évidemment, pour un grand nombre d’entre nous.

Alors je vous le demande : Il est devenu quoi, le sébum, en 2020 ? …c’est vraiment injuste. On dirait qu’il a disparu propre net. Les Millenials se pavanent avec une peau de pêche, quoi, c’est du délire… Je me souviens avoir dormi -de façon répétitive- avec du dentifrice sur mes spots pour éviter la casse le lendemain. Ah oui, ça marchait. Tellement bien que du coup, non seulement le bouton se faisait la malle, mais ma peau avec. Elle s’asséchait sur environ 2cm de diamètre. Mais c’était pas grave, d’être rouge comme un gratte-cul, à l’époque ; il valait mieux ça que de se taper la honte avec une face de Casio.

En 2000, à Annecy, le style prépondérant c’était celui du Skateur un poil grunge.

Rhah. Ils se la jouent, là, ces jeunes, et ils font des selfies, aussi. A nouveau, je me remets dans le contexte de ma période lycée. On avait -enfin pour la plupart- un Nokia 3310. Le fameux. Il ne prenait pas de photo, celui-là. Et tant mieux, j’ai envie de vous dire, parce qu’on était tellement vilains que nos selfies à nous auraient fait hurler de rire ces Beaux-Gosses, là. Brrr… J’en ai les poils qui se dressent juste à y penser.

Nan pis leur style est parfait, rien à dire. Soit sport chic, soit 90’s cool, soit chic tout court… Mais comment est-ce possible ? En 2000, à Annecy, le style prépondérant c’était celui du Skateur un poil grunge. Celui qui n’avait pas -au moins- une paire de DVS avait raté sa (courte) vie. On avait des baggy, aussi. Mais si, ce pantalon informe et ultra-large qui nous tombait -volontairement- sur le cul, même avec une ceinture (Hammer ou Volcom, la ceinture). Et on se promenait à pas de geisha, là. Forcément, le machin risquait de se découdre à l’entrejambe à tout instant tellement ça tirait sur les fils. Saperlipopette. Il était griffé, ce baggy, d’ailleurs, souvent du côté droit, à cause du grip de notre planche (Element ou Chocolate, le skate). Alors y’avait deux écoles : les vrais qui skataient pas pour de rire, et les autres, comme moi, qui avaient posé un Ollie  une fois et s’étaient cassé les deux poignets lamentablement. Mais tant pis, on « faisait genre ». Enfin…

Nan pis leur style est parfait, rien à dire. Soit sport chic, soit 90’s cool, soit chic tout court…

Mais du coup ? Capillairement parlant, ils font comment, ceux-là ? Ils se lavent intégralement à l’huile de jojoba ? Ils prennent les mêmes compléments alimentaires que Gisele Bundchen ? Quel est leur secret, quels sont leurs réseaux ?

Pfff… Peut-être que les demi-pêche qu’on buvait dans le rade proche du lycée n’aidaient pas. Je reconnais avoir observé que les BCBG (Beaux-Cheveux-Beaux-Gosses, hé, suivez, un peu) commandent essentiellement des jus frais dans les bars. Des jus. Frais. Oui. Les plus rebelles boivent du café, et, à bien regarder, ils ne sont pas aussi bien dotés physiquement que ces autres êtres flamboyants. Je crois que j’ai mon explication. Cool. J’aurais aimé que la mode « Healthy » soit de mise à mon époque. Tant pis. Je me rassure en me disant que mes futurs enfants (Elliott et Lili, oui, oui) resplendiront de beauté et de charisme.

Bon allez, c’est pas tout ça mais je dois aller acheter des oranges sanguines et un presse-agrume.

 

Et bisous !

LA FOLIE DES CIRCUITS OFF

Les articles associés

Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.