Publié le 15 mars 2021
Jay French
Crédit photo : Jay French

Jay French

Histoires engageantes et authentiques racontées à travers la photographie haut de gamme

Photographie

Originaire de Nouvelle-Zélande, Jay French est un photographe international, créant des campagnes et des images à son compte depuis presque 5 ans. Si la photographie n’était pas ce pour quoi il se destinait à l’époque, la notoriété engendrée sur les réseaux sociaux lui a permis de vivre de sa passion.

Crédit photo : Jay French

Depuis toujours Jay French use des images pour documenter son vécu, et ce qu’il souhaite partager. Aujourd’hui, l’artiste puise son inspiration dans l’action, l’aventure et le style de vie en plein air. Ainsi, il crée des campagnes au style sombre et audacieux pour des marques telles que Nikon, Red bull, Macpac, Tourisme New Zealand, Monster Energy et bien d’autres.

J'aime résumer mon style comme étant sombre, dramatique et audacieux

Ta vie a pris un nouveau tournant grâce à la photographie, quand et comment as-tu su que ce serait ton nouveau métier ?
C’est arrivé, un peu par hasard, en même temps que j’essayais de créer une autre entreprise. L’entreprise que je cherchais à créer avait besoin d’images, et la photographie était un passe-temps sérieux pour moi à cette époque, alors je l’ai considérée comme une opportunité d’économiser de l’argent sur le contenu et de me donner autre chose à faire.  J’avais toujours entendu dire que c’était difficile d’être photographe et qu’il n’y avait plus d’argent, alors j’ai en fait évité la perspective de faire une «carrière». Cependant, au fur et à mesure que je créais ces images, les gens me contactaient pour savoir s’ils pouvaient acheter certaines de mes photos. Cela a continué à se produire et les gens me demandaient si je voulais créer des images pour eux, ou pour leurs marques, et même partir en voyage pour capturer des images. On m’a dit un jour que pour réussir en affaires, il faut «faire ce pour quoi les gens sont prêts à vous payer». C’est à peu près à cette époque que tout s’est mis en place et que j’ai réalisé que je devenais photographe. Après cela, il s’agissait d’apprendre le métier, de pratiquer l’artisanat et de créer de nouvelles images.

Comment définirais-tu ton style ?
Comme décrit ci-dessus, j’aime résumer mon style comme étant sombre, dramatique et audacieux. Mon style n’est pas quelque chose que j’ai spécifiquement conçu, c’est juste la façon dont je regarde une scène ou dont je monte une image, et après un certain temps, on commence à voir des similitudes dans toutes les images que l’on prend. La façon dont je fais des images est la façon dont je fais des images, cela arrive en quelque sorte tout simplement. Je suis spécialisé dans l’obtention d’un aspect commercial relativement haut de gamme à partir d’endroits où d’autres n’iraient peut-être même pas. J’ai tendance à privilégier une faible profondeur de champ pour vraiment mettre en valeur mon sujet, et je cherche une lumière intéressante là où je peux.

Crédit photo : Jay French

A l’air des technologies, où la photo est omniprésente, te sens-tu différent/ authentique ?
Je ne suis pas sûr qu’il soit possible d’être vraiment authentique de nos jours. Avec tant d’images qui nous sont présentées via les médias sociaux, la publicité, dans les livres et en dehors, il est difficile de ne pas être influencé par ce que l’on voit. Je pense que même si l’on essaie d’être complètement authentique, on s’inspire toujours d’influences extérieures. Cela ne me dérange pas - je crois qu’on peut créer son propre travail en se basant sur la façon dont on voit une scène, et dessiner à partir des choses qu’on aime - même si elles ont été influencées par d’autres. Vous pouvez choisir toutes les choses que vous aimez et les ajouter toutes ensemble, en ne prenant que vos morceaux préférés et en créant votre propre type d’images. Je suis heureux tant que je raconte mon histoire du mieux que je peux et que je n’essaie pas de copier quelqu’un d’autre.

Est-ce que tu vois la photographie toujours comme un art maintenant que tu travailles pour des campagnes ?
J’ai du mal à me considérer comme un «artiste». Depuis que je m’intéresse à la photographie, j’ai toujours apprécié la photographie commerciale et publicitaire, et je la considère plus comme un savoir-faire que comme un art. Plutôt que de me considérer comme un artiste, j’opterais pour quelque chose qui ressemble plus à un «technicien». Je suppose qu’on peut dire qu’il y a de l’»art» dans la création d’une campagne créative ou d’une image mémorable, mais j’ai l’impression que ce n’est pas la même chose que ce que fait un peintre ou un sculpteur. J’aime le travail de campagne, cependant, c’est vraiment excitant de voir son travail dans la nature, suffisamment bon pour qu’une marque pense qu’il va élever son produit ou vendre son service. Le voir se faire remarquer par des gens qui, autrement, ne verraient jamais votre travail.

Où te sens-tu le mieux pour faire de photos et que préfères-tu capturer ?
Je suis dans mon élément en faisant le travail de plein air et d’aventure. En plein air, avec une petite équipe et une direction définie. Je suis heureux de me lever des heures avant l’aube et d’aller chercher mon style d’images. Travailler dans le domaine des sports d’aventure, et principalement dans celui du vélo, me convient parfaitement. Je fais du vélo moi-même et j’ai passé des années à travailler avec des cyclistes extraordinaires, donc j’ai une assez bonne idée de ce qui est beau et de ce qui fonctionne. La « Golden hour » des photos de vélo dans les montagnes est probablement l’endroit idéal.

Crédit photo : Jay French

Votre capacité à nouer des relations est plus importante que vos compétences techniques avec l'appareil photo

Quel est ton processus, ta manière de travailler ?
J’aimerais faire partie de ces gens qui imaginent des images étonnantes dans leur esprit, puis les réalisent, mais cela ne semble jamais fonctionner aussi bien pour moi. Je suis plutôt du genre à «voir comment c’est quand on est là et à faire en sorte que ça marche». Je suppose que je suis influencé par le lieu, la lumière et le temps. Mais j’aime bien avoir un plan, je planifie mon tournage - généralement assez détaillé s’il s’agit d’un tournage commercial, et j’ai une idée approximative de ce que je cherche à réaliser. Je vérifie la météo, les horaires et les endroits où je dois m’attendre à trouver du soleil ou des ombres, avant de partir en tournage. Je pense que la planification est assez importante pour s’assurer que vous revenez avec quelque chose d’utilisable. Je crois qu’il faut respecter vos talents et s’assurer qu’ils sont pris en charge et que vous ne les surchargez pas. Je serai aussi rapide et efficace que possible, et je ne ferai pas le vieux truc du «une fois de plus» à moins que je n’ai vraiment tout gâché.

Envisages-tu de nouveaux projets pour la suite ?
J’ai quelques concepts assez intéressants sur lesquels je travaille en ce moment, mais ils sont un peu secrets quant à l’endroit, au contenu et à la personne avec qui je les filmerai. J’ai vraiment hâte de retourner à l’étranger une fois que nous aurons surmonté toutes ces restrictions COVID. Cela me manque de pouvoir voyager, voir mes amis et découvrir de nouveaux endroits.

Crédit photo : Jay French

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer ?
Je crois que vous devez savoir ce que vous voulez. Voulez-vous le faire en tant que hobby ou voulez-vous en faire votre carrière ? Je pense que parfois les gens romancent la notion de «photographe». Peut-être qu’avoir un passe-temps extraordinaire est tout ce que vous voulez. Vous devez vous examiner attentivement et décider ce que vous êtes prêt à abandonner, combien de temps vous êtes prêt à vous battre, et si vous êtes le bon type de personne pour diriger une entreprise comme celle-ci, si vous décidez d’en faire votre profession. Je pense que pour certaines personnes, avoir un travail de jour qui vous permet d’obtenir l’équipement photo que vous voulez, de faire les voyages que vous voulez et de créer des images étonnantes, pourrait être le bon mélange. Vous pouvez faire de petits boulots ici et là, vendre des tirages, et ne faire que ce que vous voulez, sans le stress d’avoir à en vivre. Vous pouvez créer quand vous voulez et ce que vous voulez. Cependant, si vous êtes de ceux qui pensent «Je veux être photographe, ce sera ma vie», alors le meilleur conseil que je puisse vous donner est de ne pas être un connard. Assurez-vous que vous êtes quelqu’un avec qui les gens veulent passer du temps. Votre capacité à nouer des relations est plus importante que vos compétences techniques avec l’appareil photo. Aussi, mettez-vous dans une position qui vous permette d’avoir de la chance. 

Texte Emeline Vernay

Chamonix Film Festival
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.