Publié le 1 janvier 2019

GÉRALDINE FASNACHT

LA FEMME VOLANTE

Interview

Au fIL de ses passions et de ses records, Géraldine Fasnacht s’est nourrie d’air pur.

Un sourire permanent, suspendue entre ciel et terre, la Suissesse a toujours aimé marcher au bord du vide, que ce soit en snowboard freeride (triple vainqueur de l’X-treme de Verbier), ou en wingsuit. Celle qui n’abandonne jamais les vents prend le large dorénavant en ULM pour un projet appelé : Connection Earth.

 

Rappelle-nous tes hauts faits des dernières années ?

En résumé : j’ai ridé des pentes raides et ouvert des spots en wingsuit, comme le Cervin ou le Mont Rose ! Je peux difficilement faire plus engagé que ce dernier saut, très technique, ainsi que la Pierre Avoi, un sommet à Verbier du même niveau. Ces sauts ont été un aboutissement en terme d’engagement et je me suis dit à ce moment là que j’avais envie de mettre ce sport au service des rencontres.

D’où vient cette idée d’ULM ?

Tu as remarqué que j’étais toujours en l’air ? Je rêvais d’être pilote, ce qui associait 2 avantages : l’ouverture sur le monde et l’indépendance. J’ai passé ma licence d’ULM, ma licence de pilote privé et de pilote glacier. Mon véhicule volant est dorénavant un petit ultra-léger, il me permet de me poser dans des endroits inaccessibles pour un avion ou un hélicoptère (j’atterris et décolle sur de très courtes distances), et ensuite d’explorer les lieux avec mon snowboard ou ma wingsuit. L’été dernier, je suis partie en Slovénie en traversant les Alpes en ULM pour aller faire de la wingsuit. Cet hiver, j’ai attaché des attaches sur le haut des patins pour fixer mon matos de ride, je montais sur les glaciers, je ridais des lignes en pentes raides, toujours accompagnée d’un ami rider. C’est mon transport privé ! 470 kg, alors qu’un avion en fait 850kg et 4 heures d’autonomie. L’aventure commence quand tu décolles !

L’ULM est plus facile à piloter que l’avion ?

Au contraire, l’avion est plus facile car tu as de la puissance dans le moteur. En ULM, en montagne, avec très peu de puissance, en étant ultra léger et donc tributaire des masses d’air, cela demande un pilotage très précis. Il faut une connaissance fine de l’aérologie. Mon bagage de wingsuiteuse m’a énormément aidé ainsi que mon bagage acquis depuis que je suis petite sur la neige et les conditions en montagne. L’ULM en montagne combine toutes mes expériences précédentes. J’ai toujours fonctionné avec au moins 2 disciplines et avec l’ULM de montagne, j’associe snowboard et wingsuit. Ca me plait vraiment ! Ce sont les mêmes paramètres qu’un saut en base jump ou une ligne en pente raide : tu analyses la situation, tu dois toujours avoir un temps d’avance et pas de problème à faire demi-tour si les conditions sont mauvaises. Quand tu te poses sur un glacier en haute-montagne, il faut être conscient de tous les paramètres, de tes limites techniques et mentales. Parfois il vaut meiux faire demi-tour…

Ces sauts ont été l'aboutissement en terme d'engagement et je me suis dit que maintenant j'avais envie de mettre le sport au service des rencontres.

Parle-nous de ton nouveau projet en préparation : Connection Earth…

Il y a des gens hors du commun qui peuplent ce monde, des gens que j’ai rencontré pendant mes aventures et qui m’ont permis de grandir. J’ai souvent été frustrée de ne pas pouvoir en parler, de me concentrer sur ma performance sportive. Avec Connection Earth, j’ai envie de leur donner la parole. Le tout premier est un personnage qui m’a accompagnée sur nombreux de mes projets : un météorologue, nivologue, et montagnard suisse Robert Bolognesi. Il me racontera l’histoire du glacier d’Aletsch, alors qu’on ridera dessus, ainsi que tous les projets dans lesquels il s’investit. Dans les personnages importants que j’aimerais présenter dans ce project, il y a aussi François-Xavier Mayer, passionné des mammifères marins. Il a une vie trépidante et a décidé de retourner s’installer à Madagascar, pour s’investir dans cette cause en sensibilisant la population locale. Avec lui, nous irons rencontrer des baleines tandis que la dimension sportive sera de l’escalade et du base-jump.

Il y aura toute une série de destinations hiver et été sur les 5 prochaines années. De plus, une fondation se servira de notre projet pour inspirer des femmes à s’engager et récolter des fonds pour les associations qu’on ira rencontrer sur place. L’idée est de créer une dynamique positive !

L’ULM, c’était la marque de fabrique de l’émission de Nicolas Hulot, Ushuaïa ?

Justement, j’ai été inspiré par Nicolas Hulot, j’ai grandi avec son émission ! Ma question maintenant, est : comment la nouvelle génération va-t-elle s’inspirer et avoir envie de voyager grâce à la télé ? Apprendre à travers la nature, rencontrer… J’aimerais transmettre cette belle énergie à mon tour. On ne peut pas perdre cette connexion avec la nature, c’est la vie ! Quand je parle à des jeunes aujourd’hui, je ne retrouve pas l’envie de voyager. J’aimerais inspirer ceux qui ont 20 ans aujourd’hui avec le projet Connection Earth. Moi quand j’avais cet âge-là, je voulais découvrir le monde, j’avais envie de tout péter, de tout visiter, de tout essayer ! J’avais des rêves… je continue, je suis toujours mes rêves…Je pense qu’il faut être fidèle à ce qu’on ressent au fond du ventre, sinon on est malheureux.

 

Interview : Guillaume Desmurs
Photos : David Carlier / Sandro Baebler / Lionel Favre

WHAT'S YOUR GOAL
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.