Publié le 15 juin 2019

Clémentine Lucine

Le retour du monoski

Interview

Et si le ski nautique était tendance ?

Discipline quelque peu oubliée en France, le ski nautique semble bénéficier d’un retour en grâce depuis quelques temps. Courbes spectaculaires, équilibres contrôlés, en force mais avec finesse, le sport intrigue et ne laisse pas indifférent. Clémentine Lucine, multiple championne de cet art de la glisse nous explique le phénomène.

Tout d’abord, pour les non-initiés, peux-tu nous faire un rappel de ce qu’est le ski nautique ?

En fait, le terme « ski nautique » englobe tout. Du bi-ski au monoski, les pratiques sont au nombre de 3. D’abord le slalom. Il s’agit de passer le plus de bouées possible avec un seul ski très long, le tout en étant tiré avec une certaine longueur de corde. À chaque bouée dépassée, la corde est raccourcie, ce qui complique le jeu ! Puis il y a les figures. Là ça ressemble un peu à de la gymnastique ou du patinage artistique. Le but est de faire plusieurs figures acrobatiques dans le temps imparti. On a 2 sessions de 20 secondes chacune pour le réaliser. Chaque performance vaut un certain nombre de points. Par exemple, un saut périlleux c’est 500 points, un saut périlleux avec rotation de 360°, 800 points. Enfin, il y a le saut. Ici c’est la distance qui compte. À l’aide de 2 énormes skis, on fait de grandes coupes dans l’eau puis on essaie d’aller le plus loin possible à partir du tremplin. Pour terminer, il y a le terme de combiné qui regroupe les 3 pratiques.

Cela ne s’arrête pas là puisque la fédération regroupe sous le nom de « ski nautique » les autres sports comme le wakeboard, le wakesurf, le barefoot, le babyski et le handiski.

Quel a été ton parcours ?

J’ai commencé à l’âge de 3 ans. D’abord tractée à la main pour découvrir les sensations déjà toute petite. Puis j’ai vite basculé en bateau. J’ai pris goût à la compétition à l’âge de 10 ans et je suis rentrée en équipe de France junior à 14 ans, et senior à 16 ans. J’ai fait 20 ans d’équipe de France, à voyager partout dans le monde, à faire toutes les coupes de France, d’Europe et du monde. Évoluer dans le circuit professionnel a été une grande chance. Puis au bout de 20 ans, j’ai eu l’opportunité de reprendre le club de ski nautique de Sevrier et maintenant c’est à mon tour de partager ma passion et faire découvrir mon sport. Originaire d’Annecy, je suis revenue y enseigner et c’est un vrai bonheur.

Quelle est ta discipline de prédilection ?

Le combiné. En tant qu’athlète, je pratique le ski nautique classique avec les 3 disciplines. Bien qu’il y ait des périodes dans ma vie où j’ai été meilleure en figures (records du monde) et d’autres où c’était le slalom mais plutôt sur la fin de carrière, une discipline d’expérience !

Quels sont tes titres en compétition ?

J’ai été 5 fois championne du monde, 52 fois championne d’Europe, 33 fois championne de France. Je crois que je cumule plus de 120 médailles au total. J’ai également remporté la coupe du monde à plusieurs reprises. Mais ce dont je suis la plus fière reste sans doute mon record du monde en figures avec plus de 10 040 points. Je suis la première femme à avoir atteint ce niveau et cela a été un moment fort dans ma carrière.

C’est finalement une super expérience de vie car on apprend à tout faire, et on voyage de partout.

Comment se passe la transition de la compétition à l’enseignement ? Y’a-t-il un côté nostalgique ?

Comme on est dans un sport assez méconnu, où il n’y a pas les enjeux financiers des grands sports, beaucoup de sportifs de haut-niveau font également du coaching à côté, à cause justement de cet aspect financier. Depuis très longtemps, je partage ma passion avec de jeunes compétiteurs que je prends sous mon aile. Il y a quelques années, on avait créé une association pour cela, « the ski crew », avec laquelle chaque année on aidait un jeune espoir pour le faire progresser à un niveau supérieur. J’ai donc toujours plus ou moins entraîné et ça m’a toujours plu. Du coup, quand j’ai eu l’occasion de reprendre le club je n’ai pas hésité !

Tu dis que le sport est moins médiatisé, donc forcément moins sponsorisé ?

Effectivement, c’est le cas en France. Nous sommes obligés d’aller chercher nos partenaires, nos sponsors, de faire notre promotion et trouver de l’aide, d’aller à l’étranger où le sport est plus reconnu pour faire de la compétition, ou même pour s’entraîner. C’est finalement une super expérience de vie car on apprend à tout faire, et on voyage de partout.

Le sport a une image un peu « old school », est-ce que tu as l’impression que ça change aujourd’hui ?

En fait, c’est comme le ski alpin. Il y a des années, les gens ne voulaient plus trop en faire car le snowboard était plus « branché ». Et puis finalement il y a eu un retour à la pratique. Sur cet aspect là, je remarque qu’il y a un petit changement. De plus en plus de pratiquants cherchent à découvrir le ski nautique grâce à cette impulsion et ce parallèle avec le ski alpin. Les vrais virages, le carving, sentir les sensations de vitesse et de glisse. C’est en général le matin que l’on va chercher ces émotions propres au sport. Comme si on allait se faire un champ de poudreuse en ski alpin, seul, juste en se faisant plaisir et en trouvant des sensations pures.

Y’a-t-il une notion d’aptitudes spécifiques pour faire du ski nautique ?

Je dirais que c’est comme en ski alpin, il faut être quand même un peu dégourdi ! Après, avec les nouveaux bateaux que l’on a, adaptés avec la barre sur le côté pour les débutants et le matériel qui a évolué, j’ai 99,8% de chance de réussite ! Si on met le bon bateau, le bon moniteur, les chances de réussite sont quasiment à 100%. Bien sûr quelqu’un de sportif et tonique qui fait du ski alpin aura beaucoup plus de facilité à sortir de l’eau.

Palmares

139 médailles totales (En Championnats de France, Europe et Monde depuis 1996)

• 5 fois Championne du Monde (Figures/Combiné)

• 52 fois Championne d’Europe(Slalom/Figure/Combiné)

• 33 fois Championne de France Espoirs et/ou Open (Slalom/Figures/Saut/Combiné)

• Multiple Vainqueur de Coupes du Monde

• Record du Monde de Combiné de 2004 à 2011

• Record du Monde de Figures 2011 avec 10 040 pts (1ère femme à avoir atteint les 10 000 pts dans l’histoire du ski nautique)

Si on met le bon bateau, le bon moniteur, les chances de réussite sont quasiment à 100%. 

Interview : Olivia Bergamaschi

Apurimac, l’appel de la riviere
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.