Du jeu. 19 nov. au dim. 22 nov. 2020
Ajouter à l'agenda

DOREEN David Geselson – Compagnie Lieux-Dits

Spectacle | Théâtre

Cinquante-huit ans d’amour fou

En 2006 paraissait un livre bouleversant, Lettre à D., décrivant le parcours, dans la seconde moitié du XXe siècle, d’un intellectuel français – à la fois philosophe, économiste et journaliste renommé – qui décidait au soir de sa vie de payer sa dette à son épouse.

De 15 à 25CHF.

Jeudi 19, vendredi 20 à 20h30 samedi 21 à 20h et dimanche 22 novembre à 17 ; Durée 1h20.

Réserver

«D.» pour «Doreen», donc. Doreen qui avait fait bien plus que tenir son ménage, relire ses manuscrits, l’accompagner dans ses voyages. Doreen, sa partenaire de vie et de pensée, fine lame au contact de laquelle son esprit s’est affûté, sa théorie puis son discours se sont élaborés. Doreen, 85 ans, son grand amour, empoisonnée par la médecine et percluse de douleurs, sans laquelle, écrit André Gorz, rien ne pouvait s’envisager. À tel point qu’à peine un an après la publication de la Lettre, on apprit, sans trop de surprise mais avec beaucoup de chagrin, qu’ils avaient, ensemble, quitté la vie.

C’est chez eux, à la veille de leur mort choisie, que nous sommes reçus, un verre à la main. Et, d’emblée, nous (moins de 100 spectatrices et spectateurs accueillis sur le plateau du théâtre converti en salon-bibliothèque) sommes pris à partie par les deux éléments de ce couple qui, chacun à un bout de la pièce, parlent en même temps, gesticulent en exposant une situation sur laquelle ils ont des points de vue différents, avec une véhémence qui vous fait penser que, ma foi, la vie ne devait pas être facile tous les jours chez les Gorz.

David Geselson – qui est ici à la fois auteur, metteur en scène et acteur – ne s’est pas contenté d’adapter le livre. Il offre une lecture très fine de la pensée politique post-soixante-huit d’André Gorz et, surtout, il incarne, aux côtés de Laure Mathis, sa partenaire de jeu douée d’une sensibilité égale à la sienne, l’amour le moins mièvre qui soit, un amour pudique, sans faux-semblants ni compromis, aussi émouvant que la Lettre à D.

Doreen a reçu le prix de la Meilleure création en langue française 2017 du Syndicat de la Critique.

Nous sommes dans le salon et l'intimité d'un couple, au milieu du désordre de leurs souvenirs et de leur dernière heure. Cela fait 58 ans qu'ils s'aiment et ce soir ils ont décidé de mourir ensemble. David Geselson imagine les mots de Doreen et ceux d'André Gorz – philosophe et journaliste français –  auteur de Lettre à D. – Histoire d'un amou

Pour visualiser la carte, vous devez au préalable autoriser l''utilisation de cookies relatifs aux statistiques sur notre site.

Paramétrer mes cookies
Théâtre Forum Meyrin
1, place des Cinq-Continents
Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.