INDÉLÉBILES

LUZ RACONTE CHARLIE HEBDO

www.futuropolis.fr/

Témoignage de l’amour indéfectible de Luz pour le dessin, reconnaissance éternelle de l’auteur à Cabu, à Gébé, Catherine, l’amitié magnifique avec Charb, Luz parle de lui sans fard et avance en racontant son Charlie : Indélébiles. 

Le dessinateur rescapé de la tuerie du 7 janvier, évoque, dans un album de 320 pages ses 23 années passées à la rédaction de Charlie Hebdo, paru aux éditions Futuropolis le 2 novembre dernier. « Indélébiles » offre une plongée intime dans la rédaction décimée il y a 3 ans. De 1992 à 2015, Luz a dessiné toutes les semaines pour Charlie Hebdo. Jeune provincial arrivé à Paris, il rencontre Cabu qui le prend sous son aile et l’entraîne à La Grosse Bertha, qui deviendra Charlie Hebdo. Avec le temps il devient l’un des piliers du journal. Au fil des pages, il égrène ses souvenirs : ses amis, Charb, Tignous, Gébé, Catherine Meurisse, le premier reportage en banlieue, aux USA, la tournée en Bosnie en guerre avec le chanteur Renaud, son infiltration au RPR, les manifs… Et la vie de bureau, les conférences de rédaction, les bouclages, les coups de gueule, les unes, Johnny. Et la présence de Cabu, son mentor, jamais avare de conseils, qui essaiera de lui apprendre à dessiner discrètement dans sa poche.

Il y aura à jamais un avant et un après Charlie. Pour Renald Luzier, sûrement plus que pour quiconque : c’est parce que le 7 janvier 2015 était le jour de son anniversaire qu’il a échappé à la tuerie de Charlie hebdo. Arrivé en retard à la rédaction, il a croisé les assassins qui venaient juste de décimer l’équipe du journal. Tout au long de cet ouvrage poignant, il évoque à sa manière les années passées auprès de ses amis.

Même s’il avertit modestement: « Tout ce que vous connaissez ou croyez connaître de Charlie Hebdo ne se trouve pas dans ce livre », c’est bien un voyage au cœur du journal que nous fait revivre cet ouvrage passionnant.

Auteur de la couverture sur Mahomet du fameux numéro 1178 confectionné dans les locaux de Libération, publié peu après la tuerie, il annonce son départ du journal au mois de septembre suivant. Son trait décapant, les caricatures sublimes de ses amis pour certains disparus dans la tragédie, respirent la vie au sein d’une rédaction à nulle autre pareil. Un album alternant noir et blanc et couleurs, cadeau de noël idéal pour tous ceux qui ont croisé un jour la route de Charlie Hebdo.

Bien plus qu’un patchwork de souvenirs, les traces qu’ont laissées les dessinateurs de Charlie durant toutes ces années racontent aussi une certaine histoire de la France (qui semble ne pas avoir beaucoup changée), des combats à mener, des batailles perdues, des politiques d’avant qui ressemblent étrangement aux politiques d’aujourd’hui, des votes pour les extrêmes, des crimes racistes, des guerres si proches de nos frontières. Avec cette question qui reste en suspens : si Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, Maris, Cayat, Honoré étaient encore parmi nous, que diraient-ils, qu’écriraient-ils et qui dessineraient-ils ?

Indélébiles, Luz – sorti le 02 novembre 2018 – aux éditions Futuropolis