EX ANIMA

ULTIME CRÉATION DE BARTABAS

www.bartabas.fr

Après 33 ans, la compagnie Zingaro dirigée par Bartabas présente son ultime création : Ex-Anima, annoncé comme le 15ème et dernier spectacle de Bartabas et de son théâtre Zingaro. Un spectacle où l’intervention de l’homme est limitée au strict minimum pour donner au cheval une place de roi.
Sur scène, dans le sable noir, les chevaux offrent un « seuls en scène ». Bartabas a voulu rendre hommage au cheval qui l’inspire depuis tant d’années. Personne ne montera les chevaux, devenus têtes d’affiche et artistes à part entière.

Dans Ex-Anima, les chevaux réaliseront d’eux-mêmes une dizaine de scènes, en joueront tous les rôles, sans que personne ne semble les diriger. Ils ne seront accompagnés que très doucement, dans la pénombre, par de discrets serviteurs vêtus de noir, sur le sable noir.
Pour cette ultime création, je souhaite les célébrer comme les acteurs véritables de ce ‘‘théâtre équestre’’ si original… Montrer un rituel sans mémoire, une cérémonie où le spectateur se surprendra à voir l’animal comme le miroir de l’humanité »
Un spectacle ou les spectateurs ne retrouveront pas les habituels numéros de voltige cosaque, post-hongroise ou de haute école française, car pour fêter ses 60 ans, Bartabas a fait le choix de rendre aux chevaux leur liberté. Des chevaux qui jouent, galopent, se roulent, se couchent dans des décors imaginaires.
Un cheval, c’est surement le meilleur ami de l’homme, mais c’est aussi une personnalité forte physique et mentale. Un cheval, c’est intelligent mais cabochard. Carottes et sucres ne suffisent pas à les convaincre de quoi que ce soit, s’ils ont décidé de faire autrement que ce que l’on attend d’eux. On les voit refuser des obstacles lors des jumpings les plus prestigieux, avec des cavaliers de haute maîtrise. Alors, seuls en piste, vous imaginez?.
Et pourtant Bartabas a réussi à construire une suite éblouissante et fluide qui renouvelle complètement le genre. Explorant les frontières entre le rituel et le prosaïque, le burlesque et le tragique. Il y a des scènes de farce, de combat, de mort. Comme il n’y a pas d’hommes sur les chevaux, on se projette en eux et on finit par leur donner des sentiments.
« Les chevaux m’ont appris à vivre avec les hommes et avec moi-même et ça c’est pas drôle tous les jours ! »
On se posera des questions tout au long du spectacle; Les chevaux font-ils exactement ce que Bartabas a prévu lors des « répétitions », Y a-t-il des imprévus? des ratages,? Faut-il donc assister plusieurs fois à la création pour en connaître les secrets? Ce cheval rebel qui résiste si fort à monter sur la longue poutre de bois blond, la refuse-t-il parfois? Que se passe-t-il alors ? A quoi pense cet animal lorsqu’il est parfaitement immobile?
La projection de soi est soudain si puissante qu’on humanise l’animal et finit par ignorer les limites entre soi et lui.
Dans le programme qui accompagne Ex Anima, ils sont photographiés par Marion Tubiana à la manière «Harcourt». Les grands yeux de Majestic, la crinière crantée d’Angelo, l’oreille unique de Van Gogh, les méditations du Grincheux, l’aristocratie du Tintoret, la puissance de Zurbaran. Tous, uniques et unis.
Ici, on les voit évoluer, jouer, s’amuser. Mais on les voit aussi penser, réfléchir et décider et c’est bouleversant.
Ce spectacle, en partenariat avec Bonlieu scène nationale d’Annecy et l’Espace Malraux, scène nationale de Chambéry, est à découvrir absolument.

repetition_027

repetition_047-retouche_copie

repetition_071

repetition_085

repetition_096-retouche_copie

repetition_097-retouche

repetitions_2509_20

repetitions_2509_30

repetitions_2509_33

repetitions_2509_36

repetitions_2509_44